Curé/Prêtre

Jésus

Un allemand, un anglais et un français mangent dans un restaurant.

Le type qui mange en face d'eux ressemble vraiment beaucoup à Jésus.

A la fin, l'allemand veut en avoir le coeur net, il se lève et va voir le type :
- Vous savez que vous ressemblez beaucoup à Jésus ?
- Je suis Jésus.
- Ah quelle chance ! Je suis un fervent catholique et, justement j'ai un terrible mal de tête...

Jésus tend la main, touche son front et guérit son mal de tête.

L'allemand revient à sa table et raconte ce qui s'est passé. L'anglais se lève à son tour et va voir Jésus :
- Je crois en vous et j'ai un horrible mal au bras.

Jésus tend la main, touche son bras et guérit son rhumatisme.

L'anglais revient à sa table et raconte ce qui s'est passé. Le français ne bouge pas.

Au bout d'un moment, Jésus se pose des questions. Il se lève à son tour et s'approche :
- Et vous, dit-il au Français, vous n'avez mal nulle part ?
- Surtout, ne me touchez pas ! Je suis en arrêt maladie !!!



Le prêtre et le rabbin

Un rabbin et un prêtre entrent en collision lors d'un accident de voiture.
Les deux voitures sont complètement démolies mais, curieusement, aucun des deux hommes de Dieu n'est blessé.
Après que chacun se soit extirpé de sa voiture, le rabbin voit la petite croix argentée sur le revers de la veste du prêtre et lui dit :
- Ainsi, vous êtes prêtre. Je suis rabbin. Regardez nos voitures.
Il n'en reste rien, mais nous ne sommes pas blessés. Ce doit être un signe du tout-puissant. Dieu a dû vouloir que nous nous rencontrions, devenions amis et vivions en paix pour le reste de nos jours.
- Je suis entièrement d'accord avec vous. Ce doit être un signe de Dieu.
Le rabbin poursuit :
- Et regardez. C'est encore un miracle. Ma voiture est en morceaux, mais cette excellente bouteille de vin d'Israël est intacte. Dieu veut certainement que nous buvions ce vin et célébrions notre bonne chance...
Il ouvre la bouteille et la tend au prêtre. Le prêtre est d'accord et en boit quelques grosses gorgées, puis rend la bouteille au rabbin. Le rabbin prend la bouteille, la rebouche, puis la rend au prêtre.
Le prêtre demande :
- Vous n'en buvez pas ?
Le rabbin répond :
- Hum, non... Je crois que je vais attendre la police.



Le fils du curé

Une femme sort avec un médecin. Peu de temps après, elle tombe enceinte. Ils ne savent pas quoi faire.

Quelques neuf mois plus tard, juste au moment où elle devrait mettre au monde l'enfant, un curé entre à l'hôpital pour se faire soigner une affection de la prostate.

Le médecin annonce à la femme :
- Je sais ce que nous allons faire. Après avoir opéré le curé, je lui
donnerai le bébé et lui dirai qu'il s'agit d'un miracle.
- Penses-tu que ça marchera ?
- Ça vaut la peine d'essayer...

Ainsi le médecin délivre la femme de son bébé et puis opère le curé.
Après l'intervention, il s'entretient avec le prêtre :
- Mon père, vous n'allez pas me croire...
- Quoi ? Que s'est-il passé ?
- Mon père, vous avez eu un bébé.
- C'est impossible...
- J'ai opéré moi-même. Il s'agit certainement d'un miracle. Voici votre fils.
Quinze ans plus tard, le curé se rend compte qu'il doit tout avouer à son fils. Il l'appelle auprès de lui et dit :
- Mon garçon, j'ai quelque chose à te dire. Je ne suis pas ton père.
- Que veux-tu dire ? Je ne suis pas ton fils ?
- Je suis ta mère. L'archevêque est ton père.

Sous la soutane

Une dame âgée voyage en train entre Lausanne et Lyon. Peu avant la frontière suisse elle s'adresse à son voisin, un prêtre:
- Si vous pouviez mettre cette jolie trousse de toilette toute neuve que je viens d'acheter sous votre soutane, cela m'éviterait de payer une taxe.
- Bien sûr, lui répond le curé, mais je dois vous rappeler que si l'on m'interroge, je ne pourrai pas mentir.
Arrive la douane et le douanier:
- Rien à déclarer mon Père?
- De la tête à la ceinture: je n'ai absolument rien.
- Ah bon, interroge l'homme un peu tatillon, et en dessous ?
- Oh! En dessous je n'ai qu'un petit nécessaire pour dame qui n'a jamais servi...


Le lumbago

Dans un compartiment de chemin de fer, il y a un prêtre et deux appelés qui viennent d'être libérés du service militaire :
- Moi dit le premier, en arrivant chez moi, je vais fêter mon retour avec mes potes. Crois-moi, pendant un sacré bout de temps, je serai bourré tous les soirs ! Je vais me prendre des cuites d'enfer !
- Moi, fait l'autre, je vais me taper des filles ! Plein de gonzesses, une par jour, peut-être même plusieurs ! Je vais faire que ça toute la journée !

Une demi-heure passe, et un des deux bidasses, qui s'est mis à lire le journal, demande à son copain :
- C'est quoi un lumbago ?
- Je sais pas...
- Et vous Monsieur le curé, vous savez ce que c'est ?
Le prêtre, qui avait entendu, outré, la conversation précédente, répond d'un ton sec :
- C'est une affection extrêmement douloureuse qui frappe les alcooliques invétérés et les obsédés qui se livrent à des orgies sexuelles !

Quelques secondes s'écoulent, puis le prêtre demande :
- Au fait, pourquoi vous me demandez ça ?
- Oh, pour rien... C'est parce que dans le journal, ils disent que le pape souffre d'un lumbago...


Mariage des prêtres


Deux prêtres catholiques discutent en marchant dans un jardin.

- Crois-tu que nous verrons un jour le mariage des prêtres ? demande l'un.

L'autre de lui répondre : - Nous non, mais nos enfants, sûrement !


Renseignement

Dans un grand ensemble de banlieu, un prêtre demande à un gamin qui joue dans la rue :

- Dis-moi, petit, tu sais où je peux trouver la gardienne?

- Oui monsieur, bâtiment E, au rez-de-chausée, à gauche.

- Ne m'appelle pas "monsieur", mais "mon père"!

- Ben ça alors ! Et maman qui disait qu'on ne te reverrait jamais.



Les 400 coups

Un couple avait 2 garçons, un de 8 ans et l'autre de 10 ans, de vrais espiègles, ils avaient fait à peu près tous les mauvais coups incroyables qui avaient eu lieu dans leur petit village.

À chaque fois que quelque chose se passait dans le village, les habitants savaient qui étaient les responsables.

La mère les avait punis, grondés, discuté avec eux mais c'était peine perdue. Le père, après avoir fait la même chose, dit à sa femme :
- Qu'est-ce que tu dirais si on demandait au curé de discipliner deux espiègles ?

Ils demandèrent donc au curé de discuter avec leurs enfants, mais il devait leur parler un à la fois.

Donc le plus jeune se présenta au presbytère le lendemain matin, le curé le fit asseoir et immédiatement lança au jeune :
- Où est Dieu ? Aucune réponse.

Le curé répéta :
- Tu connais le Bon Dieu ! Où est-il ? Toujours le silence.

Le curé exaspéré par le silence du jeune lança cette fois-ci de sa grosse voix autoritaire :

- Pour la dernière fois, je te demande, où est Dieu ?

Le jeune se leva, prit ses jambes à son cou et sans s'arrêter se sauva directement chez lui.
En arrivant, il prit son frère par le bras le tira jusque dans sa chambre ferma la porte et à bout de souffle lui dit :

- On est dans la merde, ils ont perdu le Bon Dieu et ils pensent que c'est nous.


Pour voir d'autres blagues main 


Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Image Hosted by ImageShack.us

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site